NOIISE Ressources SEO 5 Conseils SEO pour optimiser votre site pour la recherche vocale

5 conseils SEO pour optimiser votre site pour la recherche vocale

6 juin 2022 – Roland Debrabant

La recherche vocale désigne la recherche d’informations ou de produits sur internet effectuée par la voix. Elle se distingue de la recherche « classique », réalisée par la saisie d’un texte sur un clavier, généralement des mots-clés, sur un moteur de recherche. Elle se développe sur mobile avec les smartphones, mais également grâce au développement des assistants personnels intelligents : Cortana pour Windows, Alexa pour Amazon et Siri pour Apple, pour ne citer que les plus grands. Les tableaux de bord dans les voitures les plus récentes sont également soumis au système de recherche vocale, notamment pour l’aide à la navigation (GPS). Ainsi, le référencement vocal devient un enjeu grandissant dans les stratégies SEO et il pourrait être pertinent de savoir comment optimiser un site web pour la recherche vocale.

SEO mobile : un développement de Google qui anticipe la saisie vocale

Le terrain est déjà bien préparé pour les utilisateurs qui préfèrent effectuer leurs recherches web par la voix. En effet, Google s’est attelé au fil des années à développer l’internet mobile, en étant en phase avec les comportements des internautes. L’outil Test My Site, le format AMP (Accelerated Mobile Pages), l’App Indexing, l’Index Mobile First… Ces concepts sont les premières briques de ce qui semble aujourd’hui l’avenir de l’utilisation que nous ferons d’internet.

L’agence WordStream nous informe notamment le 15 février dernier qu’en 2017, 33 millions d’appareils qui comportent un dispositif de recherche vocale étaient en circulation, avec 40 % des adultes qui les utilisent quotidiennement.

Suite à ces évolutions et aux changements de comportements des utilisateurs du web, que ce soit sur ordinateur, smartphone ou tablette, la voie est quasiment toute tracée pour voir émerger la recherche vocale. ComScore évalue par ailleurs à 50 % la part des requêtes vocales en 2020.

Un chiffre qui donne à réfléchir du côté des professionnels du référencement, d’autant plus qu’en début d’année 2018, Google a publié un document donnant des conseils pour produire des contenus en phase avec la problématique de la recherche vocale. Ce guide nous montre aussi des exemples de contenus jugés de mauvaise qualité, à ne pas suivre si l’on veut développer son site en ce sens.

Pour citer d’autres chiffres qui confortent sur l’importance actuelle et future du SEO vocal et sur ses problématiques induites, sur le référencement local notamment, KPCB nous informe en 2017 que 22 % des recherches effectuées oralement concernent la géolocalisation.

Pour aller plus loin, le site Search Engine Watch démontre via une étude que 50 % des mobinautes se rendent en magasin suite à une recherche mobile dans la journée, contre 34 % pour les utilisateurs de tablettes ou d’ordinateurs.

SEO vocal : intérêts et changements dans les comportements sur le web

Si l’on veut donner une définition raccourcie et simple du référencement naturel, on peut alors dire qu’il s’agit de rendre visible au mieux son site afin qu’il soit visible dans les résultats des moteurs de recherche. Maintenant, si l’on pense à la recherche vocale, il s’agira à votre site d’être audible. Nous jouons avec les mots mais la logique reste sensiblement la même. Les consultants SEO travaillent toujours à l’analyse des requêtes des internautes pour proposer des contenus de qualité, qui répondent précisément à l’intention de recherche. Toutefois, ces contenus sont amenés à changer dans la manière dont ils proposent ces réponses aux questionnements des utilisateurs. Les requêtes se font de plus en plus sur mobile plutôt que sur ordinateur.

En novembre 2016, le moteur de recherche Google annonçait à ce propos qu’aux États-Unis, les requêtes mobiles étaient plus nombreuses que les requêtes effectuées sur ordinateur. Parmi ces recherches mobiles, 20 % concernaient des requêtes vocales et cette part augmente progressivement. Dans le même temps, Bing rapportait que 25 % des recherches sur Windows 10 se font en vocal dans la barre des tâches avec l’assistant Cortana.

Part des utilisateurs de smartphones se servant des assistants personnels sur mobile pour leurs recherches aux États-Unis en fonction de leur âge :

Les intérêts des requêtes en saisie vocale sont multiples :

  • Rapidité par rapport à la saisie au clavier ;
  • Pratique lors de déplacements ;
  • Favorise l’interaction entre l’humain et la machine intelligente

Vous souhaitez évaluer la pertinence du SEO dans votre stratégie ?

Profitez de 30 minutes de consulting stratégique avec un consultant expert de l'agence SEO NOIISE !

Clotilde Bernet, Manager SEO

Cette pratique émergente en France traduit aussi une volonté des internautes d’obtenir des informations en fonction de l’environnement dans lequel ils se trouvent. Les problématiques de géolocalisation sont induites directement de la recherche par la voix.

Selon cet article, il est 3 fois plus probable qu’un utilisateur de recherche vocale utilise la géolocalisation dans sa requête orale ! Le SEO local doit donc être au cœur de la réflexion pour l’optimisation d’un site pour la recherche orale.

Le smartphone offre d’ailleurs à l’Intelligence Artificielle des informations liées à la géolocalisation. L’IA peut ainsi deviner les intentions de recherche réelles suite à une question posée via une commande vocale. On peut imaginer que vous êtes à la maison et que vous souhaitez vous renseigner sur les billets d’avion pour partir en vacances en Italie. Dites « OK Google » si vous possédez un Android et demandez « quel est le meilleur vol pour partir à Milan ? ». L’IA va anticiper les intentions de recherche induites et futures, comme « trouver un hôtel/restaurant à Milan ». Dans la même logique, grâce à l’historique de recherche du mobinaute, l’IA pourra également anticiper la réponse à la prochaine requête, toujours par rapport à l’intention réelle de recherche.

Les Intelligences Artificielles deviennent de plus en plus intelligentes à mesure que l’on interagit avec elles. On peut tout à fait imaginer que l’IA du smartphone d’un individu le connaîtra de mieux en mieux suite à ses recherches sur le web, et donc qu’elle pourra anticiper de mieux en mieux ses intentions de recherche et ainsi mieux répondre à ses demandes. C’est le cœur même de l’existence d’un moteur de recherche comme Google.

La problématique du SEO local lorsque l’on parle de recherche vocale est donc un enjeu important pour le référencement et l’expérience utilisateur. Les requêtes géolocalisées induisent un résultat qui sert l’immédiateté : c’est-à-dire que si le mobinaute recherche « un restaurant à Milan le plus proche » de sa position actuelle, il s’attendra à ce que les résultats lui proposent un restaurant proche ET ouvert au moment où la requête est effectuée.

La manière dont les sites internet doivent répondre aux requêtes dictées par la voix influence également le travail des consultants SEO. Généralement formulée sous forme de question, la requête orale leur permet de savoir plus précisément l’intention de recherche réelle de l’internaute ou du mobinaute : intention de recherche d’information(s) ou intention d’action/d’achat.

« Quelle est la différence entre un chino et un slack ? » = recherche d’information

« Où trouver un chino pas cher ? » = intention d’achat

En termes de mots-clés et d’expressions de recherche, la longue traîne prend une place beaucoup plus importante. L’élocution est orale et donc plus naturelle, moins saccadée, se distinguant ainsi de la recherche classique à l’écrit.

Les assistants personnels, comme Cortana chez Windows, rendent les interactions plus humaines. Cela s’inscrit dans une volonté de créer des recherches conversationnelles, où l’internaute interagit avec l’assistant comme il le ferait s’il demandait un renseignement à un expert ou à un passant dans la rue, pour les requêtes géolocalisées par exemple. Il y a donc une réflexion sur l’approche conversationnelle de la saisie vocale à avoir, car cela incite l’utilisateur à formuler des requêtes complètes et l’assistant personnel à lui répondre de manière aussi étoffée et fluide. Par ailleurs, la recherche conversationnelle est compatible avec nos comportements multitâches et notre mobilité. Toutefois, il ressort d’une étude effectuée par The Marketing Design que la pratique de la saisie vocale ne se fait pas forcément lorsque l’on se déplace.

5 techniques d’optimisations SEO et du contenu pour la recherche vocale

1. Améliorer l’expérience mobile

Pour être bien audible et bien référencé grâce aux requêtes effectuées à la voix, travailler sur les optimisations d’un site web en mobile est primordial. Un site techniquement bien configuré pour les robots dans l’index mobile de Google est déjà un excellent point pour le référencement mobile du site. Il est également très intéressant de réfléchir sur l’expérience utilisateur et rendre accessible facilement les contenus pour les mobinautes.

2. Rich snippets : capitaliser sur la position 0

La position 0 apparaît la plupart du temps suite à une question posée par l’internaute, mais peut aussi concerner les définitions. Cette question peut grandement favoriser et être favorisée par la recherche par la voix : utilisation entre amis, en regardant la télévision, etc.

Ce featured snippet prend une place très importante dans la recherche vocale car il permet d’apporter une réponse brève, claire et précise à la requête. Il peut donc être intéressant d’axer sa stratégie dans l’espoir d’apparaître en position 0 pour tabler sur de la recherche vocale mobile et également sur de la recherche par saisie écrite classique.

Gardons en tête qu’apparaître régulièrement en position 0 dans les SERP (Search Engine Result Pages, autrement dit les résultats d’un moteur de recherche) peut booster la notoriété d’un site web.

3. Orienter la rédaction de contenus pour la saisie orale

Comme pour la requête vocale de l’internaute ou du mobinaute, la réponse donnée par un site internet doit être rédigée de façon à se rapprocher d’une élocution orale pour remonter plus facilement dans les SERP. La réponse à la question doit être la plus claire possible, d’où l’intérêt de se détacher de la rédaction écrite. Une réponse claire qui va droit au but permettra également d’apparaître plus facilement en position 0. D’autres conseils en termes de contenu pour la recherche vocale sont disponibles dans le guide de Google que nous avons évoqué au début de cet article.

de la recherche par saisie écrite classique.

Gardons en tête qu’apparaître régulièrement en position 0 dans les SERP (Search Engine Result Pages, autrement dit les résultats d’un moteur de recherche) peut booster la notoriété d’un site web.

4. Un contenu moins riche mais plus percutant

Le volume du contenu présent sur une page web ne doit pas forcément être important. Il faut en effet garder en tête que nous sommes principalement sur mobile. Les pages sont épurées en termes de contenus, textuels ou médias, et que la lecture prolongée sur smartphones n’est pas un comportement habituel. Cela sous-entend qu’il est préférable d’avoir un site pour le desktop et un site dans une version mobile. Les contenus peuvent ainsi être retravaillés pour correspondre à l’utilisation que l’internaute ou le mobinaute va en faire. Sur mobile, l’information d’une page doit être claire et lisible, pas besoin de s’éterniser dans des explications comme on pourrait le faire sur desktop pour enrichir le contenu et garder l’internaute sur la page du site.

On peut voir d’ailleurs ci-dessous que la réponse donnée dans le cadre de la recherche vocale met moins longtemps à arriver à l’utilisateur.

Alors que sur desktop, le temps de chargement d’une page est plus important. Sur mobile, les pages sont donc plus légères, avec un contenu moins riche, afin que le temps de chargement soit rapide pour ne pas perdre le mobinaute dans sa navigation sur le site qu’il consulte.

5. Éviter les formats compliqués

Depuis l’affichage de la position 0 dans les SERP, il est courant de voir que la réponse affichée pour une requête donnée est exprimée sous un format spécial : liste à puces, tableau, graphique… Il semble en effet que ces types de formats soient privilégiés par Google car ils donnent une réponse claire et rapide à la question posée dans le moteur. Or, le codage pour obtenir un tableau, par exemple, est a priori trop complexe pour la recherche vocale. Cela est sûrement lié avec la logique d’optimisation mobile d’un site et l’expérience utilisateur qui en est induite. Pour être bien référencé sur la recherche orale, il est donc préférable d’avoir des pages avec contenus simples, sous des formats textuels constitués de titre(s) et de paragraphes.

Conclusion

Pour valider la stratégie SEO, quoi de mieux que de se mettre à la place de l’internaute et utiliser soi-même la recherche vocale ? Faites des tests, effectuez des requêtes orales en lien avec votre site et regardez les résultats qui apparaissent dans les SERP. Quelles questions se posent mes potentiels clients / mes lecteurs ? Suis-je audible sur cette requête ? Quelle est la tendance en termes d’intention de recherche sur telle requête ? Être utilisateur de la recherche vocale permet d’anticiper les comportements de certains internautes, la manière dont ils expriment leurs requêtes et de sonder les tendances actuelles des sites internet sur les optimisations sur la recherche vocale qu’ils effectuent.

Pour être mieux visible sur les requêtes mobiles, on répond donc à une intention de recherche plus qu’à une requête. C’est déjà le cas lorsque l’on fait du SEO actuellement, même en desktop, avec les différentes mises à jour de l’algorithme de Google et notamment avec Google Panda. Il n’y a donc pas de grande révolution dans la manière de faire du référencement naturel mais quelques changements dans la réflexion au niveau du contenu sont à prendre en compte. Un des changements principaux réside dans l’analyse de la recherche de l’internaute pour comprendre les taux de clics issus de la recherche vocale.

La recherche vocale a un potentiel d’avenir indéniable mais attention tout de même à ne pas tout miser là-dessus à ce jour.

Roland Debrabant CCO Noiise
Roland Debrabant
Directeur Associé

Directeur des opérations (COO) en charge de l’équipe des managers, trafic SEO et CSM au sein de NOIISE (7 agences).  Passionné de Web, il est également Co-fondateur du groupe NOIISE et Co-fondateur du collectif d’agence E-marketing international Ranking Road.