NOIISE Ressources Content Marketing Rédaction de contenus par IA : test et retour d’expérience

Rédaction de contenus par IA : test et retour d’expérience

15 avril 2022 – Roxane Di Girolamo
Date de mise à jour : 12 décembre 2023

« Incroyable mais vrai », se diront certains. « C’est plutôt flagrant », prétendront d’autres. L’article Rédiger des contenus par IA a été rédigé par… une IA.

À partir de là, un débat s’ouvre et de nombreuses questions se posent autour de ce sujet, notamment lorsque le référencement entre en jeu.

Les rédacteurs font-ils partie d’une espèce en voie d’extinction ? L’intelligence artificielle surpasse-t-elle l’humain dans ce domaine ? Les contenus des sites web vont-ils tous être rédigés par des IA dans 10 ans ? Les textes sont-ils SEO-friendly ?

Beaucoup d’interrogations restent encore sans réponse aujourd’hui. Néanmoins, ce n’est pas le sujet de ce présent article. Celui-ci est plutôt voué à démontrer comment le contenu rédigé par une IA a été réalisé, ce qui nous mènera à quelques conclusions bonnes à prendre à ce jour.

Mais qu’en sera-t-il demain ? Les évolutions de l’intelligence artificielle dans le domaine de la création de contenus sont tellement rapides que notre article pourrait bien devenir très vite obsolète.

L’outil de génération de contenus par IA

Il existe déjà plusieurs outils de création de contenus par intelligence artificielle à disposition sur le web. La plupart proviennent de nos amis outre-Atlantique, précurseurs sur le sujet. Pour ma part, j’ai utilisé COPY.AI avec un compte gratuit. Les abonnements payants permettent notamment d’avoir un nombre de crédits illimités, l’accès à de nouvelles fonctionnalité et la priorité lorsque l’on souhaite contacter le support. Ceci étant dit, la version gratuite permet amplement de tester les capacités de la plateforme et de rédiger divers types de contenus : articles de blog, descriptions de produits, newsletters, landing pages, etc.

IA et e-commerce

Quelles actions pour générer l’article par l’intelligence artificielle ?

Tout d’abord, il faut savoir que le seul texte qui a été écrit par l’humain dans notre exemple, c’est le titre de l’article. Il faut quand même un minimum. Et c’est l’une des informations essentielles à retenir lorsque l’on s’essaye à l’exercice : il est nécessaire de disposer de connaissances et de donner un minimum de matière à l’IA pour qu’elle génère un contenu qui soit satisfaisant.

À savoir que l’IA est également capable de donner des idées d’articles de blog, à partir du moment où vous lui donnez la thématique souhaitée. Sur ce cas pratique, j’ai moi-même choisi le sujet de l’article.

À partir de cette idée de sujet, j’ai commencé par générer l’introduction. Il a fallu écrire quelques lignes pour donner une idée générale de ce que l’article allait aborder, ces lignes constituant le brief. Au plus le brief est exhaustif et précis, au plus les textes produits seront satisfaisants. Cela montre bien qu’il faut connaître un minimum son sujet afin de bien orienter l’intelligence artificielle. En quelques secondes, l’IA a proposé plusieurs paragraphes, plus ou moins bien rédigés. Un jugement humain reste ici indispensable pour choisir l’introduction qui convient le mieux au sujet et qui semble naturel à un être humain.

Paragraphe d’introduction : check !

Ensuite, j’ai demandé à la machine de me proposer des titres exploitables pour établir les différentes parties de mon contenu. Pour ce faire, j’ai gardé exactement le même brief que pour l’introduction et juste changé le type de fonctionnalité dans l’outil. Une seule demande a suffi pour avoir à disposition les titres H2 de mon article. Tout ce que j’ai fait, c’est de mettre ces titres dans l’ordre qui me semblait le plus probant pour avoir un déroulé logique.

Structure de titres H2 : check !

C’est maintenant que ça se complique (si peu). Pour créer les paragraphes de contenu sur chacune des parties, le « système D » entre en jeu, tout du moins sur la version gratuite de Copy.AI (remettons les choses dans leur contexte).

Étant donné que la plateforme ne permet pas de générer l’article de blog au complet, j’ai tenté le coup avec une succession de paragraphes d’introduction. L’idée était de créer un brief thématiquement dédié à chaque titre H2. D’où le fait que l’article final n’est pas un contenu de fond mais donne des généralités sur le sujet.

Les propositions n’étaient pas toujours satisfaisantes, il a parfois fallu modifier le brief et refaire tourner la machine pour obtenir des paragraphes convenables. Ce fut également le cas pour créer la liste à puces. Deux demandes auprès de l’IA ont dû être effectuées pour avoir les deux premiers points puis les deux suivants. L’intervention de l’humain, et en particulier du rédacteur web, est donc encore indispensable pour de la rédaction de contenu, même réalisée par une intelligence artificielle.

Paragraphes de contenu : check !

Enfin, la plateforme Copy.AI permettant de créer des conclusions, j’ai utilisé cette fonctionnalité pour créer celle de l’article. Certaines propositions comportaient même des ouvertures, qui auraient ainsi pu amener vers des sujets connexes et donc enrichir un silo thématique.

Conclusion : check !

 

Vous souhaitez évaluer la pertinence de votre stratégie éditoriale ?

Profitez de 30 minutes de consulting stratégique avec un consultant expert de l'agence éditoriale NOIISE !

Ce que l’expérience m’a appris

IA et e-commerce

Encore une fois, il ne faut juger cette expérience qu’à partir d’un seul outil et, qui plus est, de sa version gratuite. Tout ce que je peux donc être amenée à dire résulte d’une unique situation.

En tant que consultante SEO ayant un penchant pour la rédaction web, je me dois de désamorcer l’idée reçue que l’IA peut tout faire toute seule et qu’il suffit d’appuyer sur un bouton magique pour obtenir un article de blog de 1 600 mots (ou quel que soit le texte). Le rédacteur a donc encore un beau rôle à jouer, a minima au niveau de la création des briefs et de la sélection des contenus rédigés par IA.

Comme il est facile de le constater sur notre article écrit par une intelligence artificielle, sur cet exemple du moins, le contenu n’a pas de réelle plus-value comme pourrait l’être celui réalisé par un humain. Le principal bénéfice ici est le gain de temps. Très peu de connaissances ont été nécessaires pour créer les briefs, c’est l’IA qui a effectué les recherches d’informations et qui a produit les différents paragraphes et titres pour un article de blog assez long.

Enfin, l’être humain derrière son écran est encore plus qu’utile pour ajuster, structurer ou orienter le contenu qu’il souhaite publier sur un site internet.

Peut-être que les intelligences artificielles seront encore plus performantes dans quelques années, supplantant ainsi complètement le travail d’un vrai rédacteur. Peut-être que le rédacteur n’aura de réelle valeur que pour rendre un contenu original, percutant, attractif. Il n’y a que l’avenir qui pourra nous éclairer sur les nombreuses questions que pose la rédaction de contenus par IA. Le sujet est en tout cas passionnant.

Et promis, cet article-ci a vraiment été rédigé par un être humain, tout ce qu’il y a de plus organique.

Vous souhaitez en savoir plus les services
 de NOIISE en création de contenus ?

Découvrez notre agence Content Marketing!

Roxanne Di Girolamo
Roxane Di Girolamo
Consultante SEO

Passionnée de rédaction et intéressée par les sujets d’IA. J’accompagne mes clients au sein de l’agence SEO de Lille.